Recherche avancée

Suivez-nous sur Facebook
 

Cycle pluridisciplinaire sur la nutrition

Date(s) : Le jeudi
- 4,11,25 février 2021
- 4,11,18 mars 2021

Horaire : De 15h00 - 17h00

Lieu : Salle Auditoire UCL à LLN --- Plans des auditoires de Louvain-la-Neuve

Prix : 82 €

Code d'activité : 7237

Formateur : Delzenne N

Comment s'inscrire ? Description :

PROFESSEUR NATHALIE DELZENNE
Rôle du microbiote intestinal en santé : cent-mille milliards de bactéries à nourrir chaque jour...

Notre alimentation comporte majoritairement des nutriments absorbés et distribués dans notre organisme, pour participer à notre 'métabolisme' (apport en énergie, rôle dans le fonctionnement des cellules...). Toutefois, nous ingérons chaque jour des nutriments qui échappent au système digestif humain, mais pas aux cent mille milliards de microorganismes qui colonisent notre intestin. Ces microorganismes, en se nourrissant notamment de 'fibres alimentaires', influencent notre santé tout au long de la vie. Les découvertes dans ce domaine ont permis d'entrevoir de nouvelles perspectives thérapeutiques et nutritionnelles dans la prévention et le traitement de maladies chroniques.

PROFESSEUR LAURE BINDELS
Nutrition & cancer : amis ou ennemis ?

Environ 20 % des cancers sont liés à des facteurs nutritionnels (alcool, alimentation, surcharge pondérale, etc.), dont 5,4 % sont en lien direct avec nos habitudes alimentaires. Certains facteurs nutritionnels nous protègent, d'autres sont délétères. Lors de ce cours, nous aborderons quelques exemples clés d'aliments associés de façon positive ou négative au risque de cancer et les conseils alimentaires associés. Les mécanismes sous-tendant l'impact de ces aliments sur l'initiation ou la progression du cancer seront présentés.

PROFESSEUR LOUISE DELDICQUE
Activité physique et nutrition : à la fois complémentaires et indispensables pour la santé

La santé dépend de nombreux facteurs. Certains sont d'ordre génétiques et sont difficilement modifiables, d'autres sont d'ordre environnemental et peuvent être modulés par une bonne hygiène de vie. Parmi ces facteurs environnementaux, l'activité physique et la nutrition sont particulièrement efficaces pour améliorer ou maintenir une bonne santé. L'un ne pouvant être totalement efficace sans l'autre. Dans ce module, nous verrons comment l'activité physique peut venir en soutien d'une alimentation équilibrée dans des situations pathologiques telles que le diabète ou l'obésité mais également dans des conditions physiologiques de vieillissement ou de grossesse.

PROFESSEUR JEAN-PAUL THISSEN
Que manger pour prévenir le diabète sucré ?

Le diabète sucré de type 2 constitue un double défi, sociétal et thérapeutique. D'une part, son incidence ne cesse de croître suite aux modifications profondes et rapides de notre mode de vie. D'autre part, bien que les traitements actuels permettent le contrôle de la glycémie et la réduction de certaines complications, ils échouent à préserver la sécrétion d'insuline à long terme. Dans ce contexte, la prévention prend une importance capitale, d'autant qu'elle est réalisable et efficace. Le diabète sucré de type 2 peut être prévenu par une approche hygiéno-diététique. La perte de poids, la pratique régulière d'activité physique et une alimentation 'raisonnable' en constituent les éléments les plus importants. De récentes découvertes suggèrent en outre de nouvelles approches en cours d'exploration.

PROFESSEUR CATHY DEBIER
Des polluants dans nos assiettes, c'est grave docteur ?

Nombreux sont les composés bénéfiques, voire essentiels que l'on retrouve dans nos aliments. Mais nos assiettes contiennent également des traces de molécules toxiques accumulées dans les chaines trophiques, telles que des polluants organiques persistants, héritages d'un passé parfois lointain, où rien n'était contrôlé, ainsi que des métaux lourds, des pesticides, des constituants de plastiques. Ces invités non désirés sont notamment des perturbateurs endocriniens, c'est à dire qu'ils interfèrent avec les hormones, ces messagers essentiels au développement et au fonctionnement harmonieux de l'organisme. Les effets néfastes sur la santé de ces poisons peuvent parfois se voir des années plus tard.

PROFESSEUR YVAN LARONDELLE
De la biodiversité végétale aux aliments-santé de demain

Le développement de nouveaux aliments-santé constitue une des stratégies à explorer pour répondre au défi grandissant des cancers et des maladies chroniques dans la population humaine, quels que soient le niveau de vie et le continent. La démarche de création de nouveaux aliments ou d'amélioration nutritionnelle des aliments existants peut s'appuyer sur une large diversité de denrées naturelles comestibles mais souvent oubliées par l'agro-industrie mondialisée. Pour créer des aliments nouveaux ou améliorés, il convient de bien sélectionner et caractériser les matières premières (végétales) de base, de vérifier les possibilités d'approvisionnement suffisant en cas de production à grande échelle, d'identifier les propriétés bénéfiques apportées et de les démontrer chez l'humain, de comprendre les mécanismes biologiques mis en jeu, de développer des produits finis attractifs et de vérifier l'absence d'effets secondaires indésirables sur le long terme.